Insufisance respiratoire : Ventilation non invasive

Dans certains cas l’oxygénothérapie ne suffit pas à résoudre le problème d’insuffisance respiratoire. Notamment lorsque la fonction « pompe ventilatoire » des poumons n’est plus remplie correctement. Cela se traduit lorsque la PaCO2 est supérieure à 55 mmHg, ou bien lorsque la PaCO2 se situe entre 50 et 54 mmHg avec désaturations artérielles et/ou hospitalisations répétées pour Insuffisance Respiratoire Aigue.

La ventilation non invasive consiste à délivrer une pression d’air au patient au travers d’un masque nasal ou facial. Elle permet d’éviter la ventilation invasive qui nécessite l’utilisation d’une sonde endotrachéale ou une trachéotomie.

Le principe de la ventilation non invasive

A la différence de la ventilation par Pression Positive Continue pour traiter l’apnée du sommeil, la VNI délivre une pression à deux niveaux : une pression PI lors de l’inspiration élevée, et une autre pression PE plus faible lors de l’expiration. Cette alternance entre une pression forte et une pression faible facilite le travail ventilatoire des poumons et permet de baisser la PaCO2.

La VNI peut être administrée seule ou avec un complément d’oxygène.